conseil municipal de Brest, House of Cards Brest

Tribune

Partage Solidarité dispose de 500 signes, signature  et espaces compris, dans le magazine municipal « Sillage ». Voici notre prochaine tribune.

Brest Évènements Nautiques s’est vu attribuer une subvention de 272 500 € malgré sa mise en cause dans le journal Marianne pour des marchés « à la légalité douteuse » passés auprès d’une filiale du Télégramme, et malgré sa condamnation par les prud’hommes pour procédure dilatoire. Une procédure est de plus toujours en cours pour licenciement abusif de son ancien directeur. Ainsi se lance Brest 2020, sans débat public et sur la seule base d’un sondage porté par… Le Télégramme.

 

Partage Solidarité

conseil municipal de Brest, Lectures

Et pourtant je m’élève, par Maya Angelou

Le conseil municipal du 11 mai a voté pour une rue au nom de Maya Angelou, magnifique poétesse noire américaine, une militante des droits civiques, des droits humains. L’un de ses poème, « And Still I Rise », est une ode lancinante et fière pour la femme noire américaine.  J’ai lu ce poème en conseil, en hommage à la poétesse, mais aussi au combat d’Assa Traoré que m’évoquent ces vers.

#Justice pour Adama.

Et pourtant je m’élève, par Maya Angelou

Vous pouvez me rabaisser pour l’histoire
Avec vos mensonges amers et tordus,
Vous pouvez me traîner dans la boue
Mais comme la poussière, je m’élève pourtant,

Mon insolence vous met-elle en colère?
Pourquoi vous drapez-vous de tristesse
De me voir marcher comme si j’avais des puits
De pétrole pompant dans ma salle à manger?

Comme de simples lunes et de simples soleils,
Avec la certitude des marées
Comme de simples espoirs jaillissants,
Je m’élève pourtant.

Voulez-vous me voir brisée?
La tête et les yeux baissés?
Les épaules tombantes comme des larmes.
Affaiblie par mes pleurs émouvants.

Es-ce mon dédain qui vous blesse?
Ne prenez-vous pas affreusement mal
De me voir rire comme si j’avais des mines
d’or creusant dans mon potager?

Vous pouvez m’abattre de vos paroles,
Me découper avec vos yeux,
Me tuer de toute votre haine,
Mais comme l’air, je m’élève pourtant.

Ma sensualité vous met-elle en colère?
Cela vous surprend-il vraiment
De me voir danser comme si j’avais des
Diamants, à la jointure de mes cuisses?

Hors des cabanes honteuses de l’histoire
Je m’élève
Surgissant d’un passé enraciné de douleur
Je m’élève
Je suis un océan noir, bondissant et large,
Jaillissant et gonflant je tiens dans la marée.
En laissant derrière moi des nuits de terreur et de peur
Je m’élève
Vers une aube merveilleusement claire
Je m’élève
Emportant les présents que mes ancêtres m’ont donnés,
Je suis le rêve et l’espérance de l’esclave.
Je m’élève
Je m’élève
Je m’élève

Traduit par Olivier Favier. Extrait du recueil And still I rise, 1978.

 

 

conseil municipal de Brest

Merci Patron !

 

Ce 11 mai 2017, le conseil municipal de Brest, à la quasi-unanimité –moins ma voix- a voté le renouvellement du contrat de Délégation de Service Public (DSP) à la Sodexo. Le délégataire n’avait qu’un seul concurrent, aux propositions très légèrement différentes, à l’exception notable des « frais de siège et de structure » plus de 2 fois plus élevés pour la Sodexo.

Au-delà des discours convenus sur la satisfaction de voir le bio porté à 60 ou 80% des produits, il convient de rappeler que l’entreprise Sodexo est une entreprise aux pratiques souvent épinglées (voir l’article Sodexo, une histoire de casseroles , de Benoît Bréville et Léonard Sompairac, in Le Monde Diplomatique, août-septembre 2015) : inégalité des salaires (le PDG gagne 170 fois plus que le salaire plus bas de l’entreprise), scandales alimentaires, corruption passive des élus de Charleroi, laxisme sur l’hygiène des cantines marseillaises…

La Sodexo c’est aussi 250 dossiers de sans-papiers illégalement licenciés portés devant la justice par la CGT en 2016.

La Sodexo c’est enfin son fondateur Pierre Bellon, 291ème fortune mondiale (classement Bloomberg Billionaires Index) avec pas moins de 5,5 milliards de dollars (2 milliards en 2010). La fortune de cet heureux membre du club des 500 personnes les plus riches du monde vient directement, toujours d’après Bloomberg, de la Sodexo, qui restera d’ailleurs dans le giron de la famille Bellon jusques 2058. Les quatre enfants Bellon sont ainsi tous employés de l’entreprise, la fille Sophie Bellon en étant même présidente depuis 2016. Sodexo tient à cette image d’entreprise familiale, qui séduit les élus et permet de faire oublier le gigantisme de la multinationale qui œuvre aussi bien dans la restauration scolaire que dans celle des prisons américaines… Le récit fondateur de Sodexo est d’ailleurs bien rôdé, qui met en avant les débuts artisanaux du « self made man » dans le garage de son oncle. Si le « garage du tonton Fernand » est souvent cité dans les articles à la gloire de Pierre Bellon, on trouve nettement moins de mention de sa luxueuse demeure de Gémenos, dans la périphérie de Marseille.  A peine celle-ci est-elle évoquée dans un article de l’Express sur la haute et très haute bourgeoisie marseillaise de l’ère post-Deferre.

Chaque euro dépensé par les familles brestoises pour la cantine scolaire ira donc enrichir directement ce multi-milliardaire marseillais, avec le soutien affiché des élus communistes et écologistes , ou encore de Patrick Appéré (BNC).

Nul doute qu’on peut alors laisser le mot de la fin à Pierre Bellon lui-même, et au titre évocateur de son autobiographie : « Je me suis bien amusé ! ».

 

conseil de Brest Métropole, conseil municipal de Brest

Budget 2017 et open data.

Ceux qui s’intéressent un peu aux documents financiers de la Ville et de la Métropole de Brest le savent : les documents sont peu accessibles (le site Brest.fr   n’en propose que quelques années) et surtout ils sont proposés en format pdf, ce qui n’est pas exploitable. Les élus le reçoivent d’ailleurs sous cette forme, pire, sur une application pour tablette Apple (KBOX) qui ne permet pas l’extraction, et qui ne permet pas non plus les filtres ou opérations possibles avec d’autres formats et d’autres outils. La dématérialisation sous couvert d’ « économie de papier » pouvait sembler une bonne idée au départ, mais les choix techniques faits nous emmènent vers une très grande opacité.

Après de nombreuses et vaines requêtes pour obtenir le budget au moins en format tableur, après même une interpellation des élus concernés en conseil municipal, je me suis tournée vers la communauté de Mastodon (ce réseau social émergent qui dépote et propose une alternative libre et ouverte à Twitter, mais je m’égare). Je cherchais une solution pour proposer le budget -pour commencer, la partie concernant les subventions aux associations et autres- en format odt, csv, xml. Sur les conseils de nombreux « mastonautes » j’ai utilisé le logiciel Tabula, développé pour les besoins spécifiques des journalistes d’enquêtes. L’outil n’est pas parfait, mais il m’a permis de « libérer » ce budget en quelques heures (3h30 précisément), avec essentiellement du travail de remise en forme.

Voici donc le résultat de ce travail : le budget prévisionnel 2017 de la Ville de Brest des pages 137 à 150 du pdf téléchargeable sur le site de la Ville, aux formats ods et csv  est disponible sur la page Open Budget de ce blog.

EDIT : suite à ces publications et à une nouvelle demande aux élus concernés, les budgets 2014-2017 en xml, csv, xls sont disponibles, toujours sur la page Open Budget.  Leur lisibilité sera améliorée par la publication prochaine des explications des entrées des tableurs.

conseil municipal de Brest

Un conseil de mi-mandat…

Monsieur le maire, chers collègues,

c’est un conseil un peu spécial aujourd’hui, puisque nous allons voter au sujet du budget de mi-mandat. Bien sûr, je ne m’attendais pas en 2014 à passer ce mi-mandat dans les rangs de votre opposition de gauche. Mais bon, personne ne s’attendait non plus à ce que M. Pellicano le passe en tant qu’adjoint après avoir été votre opposition… de droite. Alors certes, cette opposition de gauche que je représente seule semble un peu isolée pour le moment, mais comme mes anciens camarades d’EELV vont certainement tenir l’engagement fait devant leurs militants de partir en autonome en 2020 et pour cela de quitter votre majorité à l’horizon 2019, les rangs devraient s’étoffer un peu. D’ailleurs, il est de notoriété publique que des rencontres ont déjà eu lieu entre les membres minoritaires de votre majorité à ce sujet… La seconde partie de votre mandat risque donc d’être aussi agitée de la première…

A propos d’agitation, ce sont les 1 an du conseil de mars 2016, qui avaient vu 2 sujets s’imposer à vous, des sujets finalement assez tenaces et qui risquent d’entacher durablement votre mandat. D’abord celui de Brest 2016 et de l’éjection de son directeur : il y a un an Mme Malgorn vous demandait en effet combien allait coûter à la collectivité ce licenciement, sans réponse de votre part. L’association Brest Événement Nautique dont vous êtes le président a d’ailleurs déjà été condamnée aux prudhommes sur la forme à 15 000 euros pour procédure dilatoire. Un article de Marianne, publié entre temps, a permis de mieux comprendre que les dessous de ce licenciement semblent bien plus sordides qu’une simple affaire de ressources humaines.

Le second sujet était bien sûr celui des exilés, qui étaient venus appeler à l’aide après plusieurs mois passés dans les couloirs de Coallia, sans lits, sans sanitaires, malgré la présence de très jeunes enfants. Accompagnés de militants des droits humains, ils étaient venus partager leur détresse. On se souvient qu’ après leur avoir fait miroiter la recherche d’une solution, vous aviez choisi de traiter par le mépris leur souffrance. Un mépris doublé quelque mois plus tard d’une véritable violence avec leur expulsion des maisons dans lesquels ils avaient trouvé refuge. Maisons détruites dans la foulée, sous les yeux des enfants exilés. Bon, ce qui est assez dommage, c’est que la justice a jugé cette expulsion illégale. Mais les maisons étant détruites, les exilé.e.s n’ont pas pu les réintégrer. Reconnaissez que c’est ballot. On serait méfiant ou pire, pernicieux, on pourrait croire que cette destruction hâtive avait pour but d’éviter justement un relogement après la décision du tribunal. Si j’en parle aujourd’hui, c’est qu’un an après, rien n’a été mis en place pour permettre un accueil digne des exilé.e.s sur Brest. Pire, vous avez joué la carte sordide de « l’appel d’air » pour expliquer votre inaction en la matière.

Sans vergogne, vous avez assisté hier au meeting du candidat socialiste, un candidat qui tient pourtant un discours clair contre les affaires et pour l’accueil des exilé.e.s. Mais bon, ça n’est pas plus étonnant que de voir les élus PC et BNC soutenir un candidat anti-austérité tout en votant un budget qui, on va le voir baisse la subvention au CCAS et augmente celle à la société anonyme du Stade Brestois. Après tout, dans une République qui permet au candidat de Mme Malgorn de se présenter à l’élection présidentielle tout en étant inculpé pour des faits graves concernant de l’argent public, tout ceci c’est assez logique…

conseil municipal de Brest

Débat d’orientations budgétaires

Vous trouverez ici les documents que j’ai réalisés pour le débat d’orientations budgétaires. Ces documents, vous allez le voir, permettent de montrer que les finances de la ville sont tout à fait bonnes, avec plus de recettes, plus d’épargne et moins de dette. Ces éléments ont été présentés de façon tronquée dans la présentation de la majorité municipale (DOB 2017, bientôt en ligne) pour faire penser à une « érosion » de l’épargne notamment qui justifierait un effort sur les emplois (traduisez : des suppressions) et des baisses de subventions.  J’ai donc décidé de réaliser mon propre rapport d’orientations budgétaires, qui tient compte de l’ensemble des chiffres, avec pour sources les DOB de la Ville de Brest entre 2009 et 2017 (2009 à 2013, indisponibles sur le site Brest.fr sont publié ici), et finances.gouv.fr.

Voici le texte lu en conseil, suivi des documents réalisés (en .jpg pour la lisibilité sur le site mais aussi en pdf pour être facilement téléchargé et diffusé). Bonne lecture !


Monsieur le maire, chers  collègues,

J’ai une bonne et une mauvaise nouvelles.

La mauvaise nouvelle, c’est que votre rapport d’orientation budgétaire a été mal imprimé et qu’il y manque justement les orientations budgétaires. Avouez que c’est ballot. Je suis donc allée vérifier dans les rapports des années précédentes, et nous avions effectivement une présentation relativement détaillée des choix budgétaires qui seraient ensuite exprimés plus précisément au moment du vote du budget. D’ailleurs, c’est bien l’esprit du code général des collectivités qui impose ce débat un certain temps avant le vote…

La bonne nouvelle c’est que vous pouvez vous rassurer,  les finances de la ville de Brest sont suffisamment saines pour vous éviter ce douloureux coup de rabot sur les personnels et les subventions aux associations que vous vous apprêtiez à commettre, en dépit de toute valeur de gauche.  Prenons donc ce rapport amputé et regardons de plus près les chiffres que vous nous fournissez.

Tout d’abord vous noterez que les tableaux concernant nos finances sont, par erreur sans doute, pour certains amputés de plusieurs années. En effet, si la plupart d’entre eux couvrent la période 2009-2016 , on en trouve qui ne couvre que 2010-2016 ou 2012-2016 ou encore 2013-2016. Et je ne parle même pas des différences d’échelles, d’un tableau à l’autre. Je serais une femme méfiante que je penserais qu’on veut nous orienter vers une lecture orientée de ces chiffres. C’est pourquoi  je me suis permis de compléter les tableaux, avec les sources de vos propres données et avec celles présentes sur le site finances.gouv.fr, je vais donc vous les faire passer. J’ai couvert la période 2009-2016 avec les mêmes indicateurs que ceux que vous avez choisis et en les croisant pour tenter d’en retirer de l’information.

Ainsi, prenons le tableau 1. Dans votre rapport, il ne couvre que la période 2012-2016, et montre une baisse de notre épargne brute. Étonnamment, si l’on regarde la période (que, je rappelle, vous avez choisi de couvrir pour les autres indicateurs) 2009-2016, on se rend compte qu’en fait notre épargne brute est largement supérieure à celle de 2009, et que 2012 est plutôt une anomalie dans la période. Je suis donc allée voir ce que vous disiez de cette épargne brute en 2009, lorsqu’elle était à 10millions dans le rapport 2010 : et bien, vous annoncez que les finances vont bien, que l’épargne brute est rétablie ! Vous pouvez donc être rassuré par vos propres propos : avec 14,8 millions en 2016, notre épargne brute est donc tout à fait saine. C’est tout de même dommage qu’un tableau tronqué induise ainsi en erreur, au point d’envisager de supprimer des postes et des subventions !

Pour les autres tableaux, on notera que, si la population INSEE baisse, en revanche, le produit des recettes fiscales augmente sur la période 2009-2012, ce qui montre que les habitants payent plus d’impôts par foyer fiscal. La DGF diminue mais on constate avec le tableau 3 que le produit DGF + recettes fiscales est globalement stable, la montée de l’un ayant compensé la baisse de l’autre. D’ailleurs le tableau de synthèse montre bien que les recettes ont augmenté sur la période, plus fortement que les dépenses. La différence entre les deux passant en effet de 10 millions en 2009 à 14,8 millions en 2016.

On peut donc résumer la situation de la ville : avec moins d’habitants, mais plus de recettes et avec proportionnellement moins de dépenses, avec une épargne brute largement supérieure à celle de 2009, avec une dette passée de 71 millions à 42 millions et des taux d’intérêt au plus bas, les finances de notre ville vont bien mieux qu’en 2009, ou, d’après vous-même, elles allaient déjà bien. On comprend d’autant moins les mesures d’austérité qui ont fuité en décembre et qui visent particulièrement les compétences de la ville…

Notre ville est formidable, il faut soutenir les fonctionnaires, les projets, les investissements, les associations !

Le document en PDF : DOB2017VdB

 

conseil municipal de Brest

documents budgétaires

 

Vous trouverez ci-dessous une copie d’un mail envoyé à Bernadette Abiven, élue en charge des finances, au sujet de l’accès aux documents budgétaires antérieurs à 2015. En effet, des incohérences dans le rapport d’orientations budgétaires 2017 qui va être présenté ce jeudi 19 janvier m’obligent à une vérification des données.

Je n’ai à ce jour pas de réponse, le conseil municipal a lieu après-demain. Notez que le conseil est ouvert au public, qu’il se tiendra à 17h et sera certainement retransmis par l’association des Sycophantes Vidéastes.

 

EDIT : j’ai reçu les documents le lendemain, après un mail au cabinet. Les voici, en qualité malheureusement assez médiocre pour celui de 2009, mais je l’ai reçu dans cet état (une feuille sur deux scannée à l’envers…).

DOB 2009 VDB

DOB 2010 VDB

DOB 2011 VDB

DOB 2012 VDB

DOB 2013 VDB

Les documents suivants (2015 et 2016) sont disponibles sur Brest.fr. J’ai oublié de demander l’année 2014… L’oubli sera réparé au plus vite !

conseil municipal de Brest

Conseil municipal du 19 janvier 2017, commissions.

Ce jeudi 12/01/17 avaient lieu les commissions avant le conseil municipal prévu le 19/01. L’ordre du jour était tellement léger que la commission III ne s’est pas réunie, faute de dossier, et que la commission plénière qui abordait pourtant le débat d’orientation budgétaire s’est tenue en 30 minutes.

Lors de ce débat nous ont été exposés des indicateurs économiques nationaux et internationaux, censés éclairer les décisions budgétaires à venir. Nous avons ainsi appris que les recettes pour la ville de Brest étaient prévues à la hausse, grâce à la dotation de solidarité (+ 700 000 euros), « grâce » (sic) à la disparition de la catégorie des villes les plus fragiles visées par ce fond.

Nous avons également été informés que le compte administratif 2016 était presque fini, c’est à dire que la différence entre le budget prévisionnel 2016 et la réalisation allait bientôt nous être communiquée. Les premiers éléments sortis de ce compte administratif sont la baisse du budget de fonctionnement et la stabilité de la masse salariale. Ce dernier élément est important, nous allons y revenir. Le taux moyen des emprunts est de 1,67 %, plutôt faible donc.

Concernant la stabilité de la masse salariale, elle est une autre façon de signaler une baisse du nombre de fonctionnaires. En effet, mécaniquement une masse salariale augmente lorsqu’elle garde le même nombre de fonctionnaires (revalorisation du point d’indice, vieillissement…). Pour qu’il y ait stabilité de la masse salariale, il faut donc soit des départs non renouvelés, des suppressions de postes, donc ; soit une diminution des salaires (ce qui paraît compliqué dans la fonction publique territoriale, à moins de recruter des catégories inférieures aux postes précédents).

Pour le budget 2017 on nous annoncé que les recettes seraient bien en hausse mais que la baisse du budget de fonctionnement par les baisses de subventions et la « maîtrise » par la baisse de la masse salariale restaient d’actualité. Cependant, à la question que j’ai posée sur les postes de fonctionnaires et les associations visés par ces baisses, je n’ai eu comme réponse que « c’est trop tôt, nous n’en sommes pas là dans l’élaboration du budget » (qui doit être présenté puis voté dans quelques semaines, tout de même).

A suivre, donc…

conseil municipal de Brest

Conseil 8/12/16, commission III

Ce soir se tiennent les commissions, voici mes votes pour la commission III (Solidarité-Citoyenneté-Proximité).

(P= pour // A = abstention // ? = je réserve ma position en fonction des réponses que je recevrais à mes questions).

EDIT : j’ai oublié de préciser pour la délibération 39, concernant les Petits Débrouillards, que si politiquement je suis POUR, je ne prends cependant pas part au vote pour des raisons personnelles !

EDIT 2 (décidément) : je ne siègerai pas aux commissions de ce soir, pour cause d’enfant malade.

Commission III, ordre du jour et positions.
Commission III, ordre du jour et positions.

Pour les délibérations 42 et 43, qui concernent les douches municipales, j’ai besoin de compléments sur le choix du tarif et les raisons de la mise en place cette année d’un règlement intérieur pour un outil qui a une vingtaine d’année d’expérience…

L’abstention à la délibération 41 est liée à mon refus de voter des délibérations concernant BMH après l‘expulsion du Forestou. Cette abstention ne vaut que pour les commissions, et en fonction d’autres éléments du dossier, ce sera sans doute un vote contre en conseil.

conseil municipal de Brest

Conseil municipal 8/12/16, commissions.

Ce jeudi 1er décembre se tiennent les commissions avant le conseil municipal. Vous en trouverez l’ordre du jour ci-dessous.

ordrejour8-12

Je siège dans la commission III. Ce n’est pas un choix mais c’était la commission thématique dans laquelle je siégeais en tant qu’adjointe à la Santé avant mon départ de la majorité.

Une lecture de la liasse (reçue hier seulement en format papier, le seul qui permette vraiment un travail en profondeur) permet de dégager notamment une remarque.

En effet, alors que la feuille de route austéritaire de la majorité PS /EELV/PC a été révélée au public ce mois-ci, on peut trouver intéressant cette page de la DM3 (Décision Modificative 3 : un avenant au budget qui permet de recadrer celui-ci en fonction des besoins réels ou des décisions politiques nouvelles).

Document issu de la liasse fournie aux élus.
Document issu de la liasse fournie aux élus.

Elle montre d’abord que le niveau de DGF (la dotation de l’Etat) rapportée à la population est à peine en dessous de la moyenne des autres villes de plus de 100 000 habitants, alors que le niveau de dépenses (fonctionnement et investissement) est, lui, largement inférieur.

On note également que le niveau de recettes est inférieur à la moyenne mais qu’il est supérieur aux dépenses de fonctionnement (c’est à dire que la population produit plus de recettes que la ville ne dépense en fonctionnement).

Autre indicateur en décalage avec la moyenne : la ville est particulièrement peu endettée par rapport aux autres villes de la même “strate” (villes de + 100 000 habitants, hors Paris).

Tous ces indicateurs rendent d’autant plus contestables les propositions de politique d’austérité du PS /EELV/ PC : la relative bonne santé financière de notre ville, affirmée lors du vote du budget 2016 par Bernadette Abiven, adjointe au Finances, est confirmée par ce document.
Le tournant ultra-libéral et austéritaire annoncé semble ainsi relever plus d’un changement idéologique assumé d’une majorité qui dérive à droite, que d’une simple erreur de jugement face à une certaine tension budgétaire.

Cette dérive droitière serait confirmée par l’arrivée de Fortuné Pellicano comme 10ème adjoint, en remplacement de Jean-Claude Lardic. Cette montée en puissance de celui qui se proclamait lui-même “1er sarkozyste de Brest”, rentré dans la majorité socialiste après un parcours de l’UMP au PRG en passant rapidement par le Modem (en moins de 10 ans), serait un signal assez fort du changement d’équilibre au sein de la majorité. Pas sûr que les militants écologistes ou communistes y trouvent leur compte…

TEASING : on reçoit une délibération mais on n'a pas le nom du futur 10ème adjoint...
TEASING : on reçoit une délibération mais on n’a pas le nom du futur 10ème adjoint…