Réseaux que tout le monde – sauf le maire- appelle sociaux.

Certains auront peut-être noté la destruction de mon compte Twitter personnel (@JulieLeGoic) qui servait aussi à partager les communiqués et autres infos de Partage Solidarité (dont le compte Twitter @PartageSolidar est toujours maintenu pour le moment mais qui ne fait que relayer les articles de ce blog).

Ce départ de Twitter est motivé par non seulement la viabilité confirmée du réseau social fédéré Mastodon (500 caractères, des instances déconcentrées, un outil open-source), mais aussi par les graves manquements de Twitter France à ses obligations de modération. On ne compte plus les comptes d’ activistes (de gauche, anticapitalistes ou défenseurs des droits humains) fermés, alors que les signalements des propos racistes, sexistes, homophobes, menaçants n’amènent souvent aucune réaction de la part du réseau à l’oiseau bleu.

L’an dernier,  au cours d’une interview au Canard Enchaîné au sujet de la politique de  modération de Twitter France,  j’avais dit que j’attendais avec impatience l’alternative libre et ouverte. Elle est là, elle fonctionne, elle rassemble des centaines de milliers d’utilisateurs !

Pour suivre les principaux contributeurs de Partage Solidarité sur Mastodon :

« Deux instances, deux ambiances« , mais nous conseillons plutôt une inscription sur mamot.fr , l’instance de la Quadrature du Net.

Le compte Partage Solidarité est créé :  @PartageSolidar !

[EDIT : on me signale que cette recommandation n’est pas des plus cohérentes pour garantir l’aspect déconcentré de Mastodon.  C’est pas faux. Je vous rajouter donc ce lien qui permet de découvrir d’autres instances : https://instances.social/ ]

 

En attendant peut-être bientôt un hébergement  proposé par une association brestoise ?

 

Laisser un commentaire