Conseil de métropole du 3 février 2017, le Débat d’Orientations Budgétaires.

Monsieur le Président, chers collègues,

Le vendredi 25 janvier dernier se tenaient nos commissions avant le conseil de métropole. Vous en avez déplacé la tenue par un simple mail signé des services la veille et sans nouvelle convocation officielle, au prétexte de la signature (inopinée sans doute) du Pacte Etat/Métropole et de la venue des ministres particulièrement impopulaires aux yeux du peuple de gauche : Mme El-Kohmri, M. Cazeneuve, et M. Le Drian. Notre règlement intérieur stipule que nos conseils et commissions doivent faire l’objet d’une convocation en bonne et due forme signée de votre main. J’ai donc signalé par mail à l’ensemble des groupes de ce conseil mon refus de participer aux commissions dans ces conditions. Le règlement intérieur devrait peut-être être enrichi d’un paragraphe sur les délais minimum de modification de tenue des commissions et précisant les modalités d’information des conseillers.

J’ai fait la démonstration, en conseil de ville de Brest de la difficulté posée par le mode de présentation de vos rapports d’orientation budgétaire, qui faisait par exemple croire à des difficultés sur l’épargne brute là où la réalité nous amenait en fait au niveau de 2009. Là encore, nous nous retrouvons avec un document de synthèse qui est difficilement compréhensibles pour ses destinataires principaux, à savoir les élus et les citoyens.

Ainsi, les données qui nous sont fournies sont présentées différemment d’une année sur l’autre : par exemple les chiffres de l’épargne brute sont ici présentés à la décimale près, tandis que dans votre rapport de 2016 ils étaient arrondis… nous nous retrouvons ainsi avec des données différentes pour parler de la même chose.

Plus tendancieux, je n’oserais dire pernicieux, les figures et tableaux qui sont censés nous éclairer pour comprendre votre démonstration sur l’état de nos finances ouvrent systématiquement des périodes différentes.

Enfin, les documents des années antérieures à 2016 n’étant pas en ligne, il est impossible au citoyen de vérifier vos données, sauf à se tourner vers les sites du gouvernement, dont les chiffres ne coïncident pas avec eux qui nous sont ici fournis.

Enfin, en guise d’orientation budgétaire, nous nous trouvons bien affamés devant la faiblesse des éléments qui nous sont ici présentés, notamment en terme de fonctionnement.

Pour résumer : les données fournies sont invérifiables et présentées de façon certes lisible, mais non intelligible, e qui ne favorise pas un débat d’orientation budgétaires éclairé. De plus sans véritables orientations proposées, il est bien difficile aujourd’hui de dire à quoi ressemblera le budget que vous allez présenter dans quelques semaines.

Enfin, dans cette ère où les mots n’ont plus de sens, on vient d’entendre Mme Abiven [NDLA  : Vice-Présidente aux Finances, PS] parler « modernisation et innovation du service public », là où il serait honnête de dire que vous comptez supprimer des postes et baisser les subventions. Les habitants de la métropole ne s’y tromperont pas et seront assurément vigilants lors de la présentation du budget 2017.

Nous ne nous laisserons pas imposer une politique austéritaire, de droite par essence, sans réagir. Le vote de dimanche dernier a montré qu’ici particulièrement les habitants savent que votre ligne vallsiste n’est pas de gauche et n’est pas désirable.

Laisser un commentaire