Réponse à Monsieur le Maire

Monsieur le Maire,

De votre long courrier de 6 pages en réponse à mon petit article du 7 septembre 2016 sur « House Of Cards Brest, Résumé des épisodes précédents« , il est assez peu de choses à retenir. Je note votre irritation sur un média libre, qui, il est vrai, diffusant sans vous demander ni subventions ni autorisation, échappe totalement à votre contrôle éditorial. Je note aussi que le manque d’épaisseur politique de votre courrier vous conduit à comparer ce média militant, mais libre, sérieux et documenté, à un autre média, lui calomnieux, néo-fasciste et multi-condamné.

Finalement de ces 6 pages alternant plaisanteries goguenardes sur ma « naïveté » et mon « ignorance », et défense maladroite des faits exposés dans le journal Marianne, il reste surtout un point tout à fait juste que vous soulevez : j’ai parlé de « marchés publics douteux ». En effet, il aurait été plus exact d’écrire « marchés douteux financés par de l’argent public – 1200000 € au budget de la métropole en 2016- et passés par une association dont le président n’est autre que le président de la métropole, avec un bureau associatif constitué de ses élus les plus proches ».

Vous m’interrogez sur le terme « douteux ». Je vous renvoie donc à l’excellent site du Centre National des Ressources Textuelles et Lexicales, qui nous précise ceci : « Qui est l’objet d’un doute, faute d’éléments suffisants d’information« . Je pense qu’on ne saurait mieux qualifier ces marchés, en attendant peut-être un éclaircissement judiciaire.
A votre « Fermez le ban » tout militaire qui concluait votre courrier, je préfère simplement, Monsieur le maire, un calme et pacifique : « bon weekend ».‎
Julie LE GOIC

Copie au Procureur de la République.

Une pensée sur “Réponse à Monsieur le Maire”

Laisser un commentaire