Conseil municipal

Lors du conseil municipal du 10 mars, des militants et des demandeurs d’asiles à la rue (alors qu’il y a obligation légale de les héberger) sont venus demander au maire une réponse immédiate à leur désespérant problème d’hébergement. Je reviendrai dans la journée sur ce qui s’est passé ensuite. En attendant, voici mes interventions au conseil lus avant l’arrivée des manifestants.

Propos liminaires

Monsieur le maire, chers collègues,

Lors du conseil du 21 janvier 2016, notre assemblée a été interpellée par Sébastien Chambres du collectif Aidons les Réfugiés sur la capacité brestoise à accueillir ici et à aider à Calais et Grande Synthe. Depuis, la situation ne s’est pas arrangée, ni ici ni là-bas, les droits humains les plus élémentaires étant totalement bafoués par le gouvernement socialiste.

A Brest la municipalité n’a rien engagé, ni pour aider là-bas, ni pour accueillir ici : des demandeurs d’asile sont encore en recherche d’un hébergement comme le montre leur récente occupation de la faculté Segalen, et des bénévoles brestois dont l’implication sur le camp de Grande Synthe ne cesse de grandir sont toujours en demande d’un local pérenne pour stocker les dons reçus pour les réfugiés.

Les sans-papiers brestois sont accueillis dans des conditions indignes. Et si ce n’est pas directement de la responsabilité de la mairie, on peut tout de même noter la différence d’attitude de la mairie (EELV) de Grande Synthe qui s’est impliquée face à la détresse humaine et a permis de trouver de solutions pour les humains présents sur place.

Monsieur le maire, un peu de partage et beaucoup de solidarité sont nécessaires ici et maintenant pour ces personnes en détresse dans notre ville.

Budget

Monsieur le maire, chers collègues,

La lecture du budget 2016 me fait vous poser quelques questions :

tout d’abord, alors que la ligne d’imputation 6574 qui regroupe l’ensemble des subventions baisse notablement, on peut noter la remarquable stabilité de BP à BP de la subvention accordée à Brest Evènements nautiques pour Brest 2016 : 300 000 euros. En toute logique, cela signifie donc que la baisse de 4% sur cette ligne correspondant à la lettre de cadrage est en fait essentiellement portée par le reste des associations.

De plus, la ligne 6558 « autres contributions obligatoires », qui augmente de 7% et dont on on retrouve les 3 039 747 € dans le rapport justificatif par politique me pose problème.

En effet, à cette ligne décrite comme le forfait de fonctionnement des écoles privées (convention 2015 votée en juin) nous avons effectivement la contribution forfaitaire légale. Mais également la contribution volontaire d’aide aux écoles maternelles privées, en dehors donc de tout cadre obligatoire (contrairement à ce que laisse entendre l’imputation). Enfin, à celà, s’ajoutent les 200 000 euros de cadeaux faits par la collectivité pour inciter les écoles privées passer aux 4jours et demi.

Ainsi l’examen de ces quelques lignes nous en dit long sur la politique de la majorité : baisse des subventions aux associations de terrain, maintient de celle pour Brest 2016 en dépit des difficultés des dotations de l’Etat, et hausse importante de l’aide aux écoles privées alors même qu’au dernier conseil vous preniez acte de la fermeture d’un collège public.

Dans ces conditions, il m’est bien évidemment impossible de voter ce budget.

Laisser un commentaire