Conseil de BMO 28 janvier 2016

Vous trouverez ci-dessous mes propos liminaires. Indignée par le fait que Brest, par la voix du vice-président à l’urbanisme, ne tienne pas sa promesse (pourtant votée) d’une salle de quartier pour Saint-Martin et ose renvoyer les habitants vers l’utilisation d’une salle confessionnelle catholique à la place, j’ai tenu à interpeller le président de la métropole.

Je dois dire que les conditions de lecture de ce texte ont été rendues très difficiles par les élus (socialistes et le reste de la droite), entre interruptions et chahut, sans doute parce que je signalais que la laïcité, ce n’est pas faire la promotion d’une salle de patronage paroissial.

Edit : La métropole ayant enfin publié les enregistrements du conseil, ces propos liminaires peuvent être écoutés. Un grand merci à Alexandre Lhomme qui s’est chargé de découper l’ensemble du conseil délibération par délibération et d’indiquer les intervenants !

Monsieur le président, mesdames et messieurs les conseillers,
j’ai assisté hier soir, comme certains d’entre vous, à la réunion organisée par le collectif « Pas d’Avenir Sans avenir » (collectif que je soutiens) qui se tenait dans la salle polyvalente de l’école Guérin. Si j’interviens en conseil de BMO sur ce sujet brestois, c’est que Thierry Fayret s’y est rendu et a défendu la politique municipale… en tant que VP en charge de l’urbanisme.

Tout d’abord, je tiens à saluer le calme, la cordialité même, des habitants du quartier et des membres du collectif. J’avoue qu’à leur place, je me serais bien plus agacée devant la langue de bois outrageusement échardée de Thierry Fayret. Celui-ci a d’abord commencé par tenter de diviser le public, stigmatisant certains membres « violents » du collectif. Malheureusement pour lui, les habitants, solidaires, ne se sont pas laissés prendre au jeu et ont gardé leur unité souriante.

Je voudrais revenir plus précisément sur des propos qui m’ont mise mal à l’aise. Bon, on peut même dire que ses propos m’ont carrément énervée. Comme j’ai l’agacement facile, et le tweet parfois nerveux, j’ai attendu la réécoute de la réunion enregistrée (et le lendemain matin) pour intervenir publiquement.

Thierry Fayret, pour répondre à la demande des habitants d’une salle de quartier a de façon goguenarde signalé qu’il fallait s’ouvrir sur l’extérieur, et qu’il existait plusieurs salles sur le trajet du tram. Il a alors égrené ces salles, partant de Pontanezen en allant vers Saint-Pierre. Passons sur le procédé de nier la demande sociale voire de la moquer. Je veux m’attacher à une salle citée, et que (enregistrement faisant foi) Thierry. Fayret appelle « la salle derrière Saint-Louis ». Cette salle est une salle située SOUS l’église Saint-Louis, c’est une salle de patronage catholique. Trouvant particulièrement choquant le procédé de renvoyer les habitants en demande de salle publique vers une salle non seulement privée, mais catholique, j’interpellais l’élu ce matin sur les réseaux que tout le monde appelle sociaux.
Vous reconnaîtrez ma capacité à tenir des « propos mesurés et tout en nuance » comme vous le disiez tout à l’heure.
***HONTEUX. Les habitants demandent une salle municipale, et @thierryfayret les renvoie vers… l’église Saint-Louis !!! #LaïcitéMonCul #brest ***

Ignorant alors que la réunion avait été intégralement enregistrée, votre VP, monsieur le président, est alors intervenu pour me traiter publiquement de menteuse. Ce n’est qu’en apprenant l’existence de ce contrôle audio qu’il a reconnu avoir cité la salle paroissiale de l’église Saint-Louis. Jouant sur les mots, Thierry Fayret a renouvelé à plusieurs reprise ses accusations de mensonges.

Ce qui est grave ici, au-delà de la remise en cause publique de ma probité, c’est que votre VP cherche à faire oublier qu’il a lors d’une réunion demandant une salle de quartier PUBLIQUE fait la promotion d’une salle confessionnelle CATHOLIQUE. Religieuse donc. Bon, je sais bien qu’en ce moment, les repères et les valeurs, au PS, c’est un peu compliqué, mais il me semblait que la laïcité faisait toujours partie du truc. En quelques semaines pourtant, 200 000 euros de cadeaux auront été fait aux écoles catholiques brestoises, et un VP aura fait la promotion d’une salle d’un patronage confessionnel. On dirait presque que, ayant exercé au-delà du raisonnable votre droit d’inventaire de l’héritage de Mitterand, vous vous attaquiez localement (et de son vivant ) à celui d’Allain Jouis.

Je profite aussi de ce sujet pour rappeler que j’attends TOUJOURS une réponse à ma SECONDE demande de documents officiels concernant la salle de l’Avenir. Et par réponse, je veux dire accès aux documents demandés, pas un argumentaire non étayé comme la dernière lettre de Thierry Fayret. Je serais très inquiète pour la bonne santé démocratique de notre ville de devoir avoir recours aux moyens légaux pour les obtenir.

Laisser un commentaire