Pour les biens communs !

Aujourd’hui, 1er janvier 2016, le journal d’Anne Franck devait être élevé au rang de bien commun, 70 ans après la mort de cette jeune fille, tuée par les nazis dans le camp de Bergen-Belsen, en 1945.

Parce que des intérêts économiques ne peuvent légitimement privatiser ce qui doit appartenir à tous, nous sommes invités à partager ce texte, dans sa version originale.

Anne Franck est morte avant d’avoir pu être libérée. Libérons sa parole.

 

Le texte en .doc

Le texte en epub

Le texte en .txt

 

Laisser un commentaire