Assumer

Je publie ici un échange qui a eu lieu sur Twitter avec Chris Perrot. Parce que j’assume totalement avoir participé à la majorité de la gauche plurielle entre 2008 et 2014, avoir plaidé même en 2013 pour qu’EELV poursuive dans cette voie pour les municipales 2014. Oui, j’assume avoir cru aux promesses d’innovation sociale, de participation, de coopération, de « gouvernance contributive » (sic) du Parti socialiste brestois. Et d’ailleurs, des débuts de travaux en ce sens ont été menés à l’automne 2014 : des ateliers entre élus, pour tout remettre à plat, pour repenser la politique dans un sens qui m’allait bien : comment dépasser le système coercitif et descendant des années 80 en terme de gestion municipale ?

Je n’avais pas compris que ces ateliers étaient un leurre pour masquer la dérive ultralibérale mise en oeuvre par les « chefs » de la majorité. Je n’avais pas compris que l’écologie dont ils se gargarisaient était seulement de façade et que 20 ans de présence des Verts dans leur majorité n’avait pas fait avancé d’un pouce leurs positions pro-bagnole, pro-centrale à gaz etc. Je n’avais surtout pas imaginé un instant que la politique délirante du gouvernement sécuritaire, autoritaire, de droite extrême trouverait un soutien sans faille dans les rangs des militants et élus socialistes brestois.

Durant mes années de participation à la majorité, j’ai apprécié la liberté de parole (et de vote) qui nous était permise. Mais cette liberté a fini par ressembler fortement à la contrepartie d’un contrat faisant des composantes minoritaires de la majorité (^^) des cautions pour une politique qui, elle,  ne ressemblait plus à celle qui nous avions actée ensemble pour 2014.

assumer

Laisser un commentaire